visites

Karine FRIBOULET

 

Rencontres et Partage

 

Il est des personnes qui sont un cadeau sur le chemin d'une vie. J'ai eu l'immense chance et le bonheur d'en rencontrer quelques-unes qui ont changé et enrichi mon existence en écriture et en amitié.

Eric Daveux est aujourd'hui un grand ami et mon premier complice d'écriture. Nous avons eu le plaisir d'écrire ensemble un recueil de sonnets en alexandrins sous forme de joute épistolaire puisque nous avons échangé nos écrits par voie de courriels : Alexandrine & Alexandrin est né de ce plaisir !!! (Amjele Editions)

Alexandrin mon bel ami, que nos quatrains que nos envies écrits à quatre mains unies, s'envolent aujourd'hui vers des cœurs, des esprits, qui humeront à leur tour le parfum du troubadour, celui du plaisir toujours, et partageront chaque jour pour tous ces mots le même amour.
Karine - Alexandrine

Alexandrine, toi que je devine, derrière cette vitrine, à lire nos échanges qui, cela est étrange, apparaissent de nos phalanges, de nos mains tant avides, à libérer lucides, toutes ces rimes riches que l'on défriche, c'est pas banal, par le canal, ô ciel, d'un envoi de courriel.
Eric - Alexandrin

 

 L'Autre

Nous vivions simplement chacun dans notre monde
Sans même imaginer la vie le quotidien
De l'Autre l'étranger que l'on croit comédien
Aurais-je pu savoir qu'un jour l'on corresponde

Le hasard et la chance en lubies et facondes
Croisèrent nos chemins permettant l'entretien
Jusqu'à trouver en l'Autre amitié et soutien
Aurais-je pu rêver que nos mots se répondent

Si l'on n'avait osé chacun de son côté
Marcher vers l'inconnu vers cette nouveauté
Nous nous serions privés d'un merveilleux partage

Nous voici enrichis de l'Autre en perle d'eau
Puisque notre passion n'est plus un ermitage
Comment te remercier du fabuleux cadeau

Karine
3 juin 2007


Frère d'Âme

Serais-tu bel ami mon cher Alexandrin
Celui que je cherchais sans même le savoir
Celui que j'attendais sans jamais oser voir
Par ton style affermi tu m'offris ton entrain

Cela est-il permis au delà d'un quatrain
De dire sans délai sans peur de décevoir
Que sans notre relais de sonnets abreuvoirs
Je n'aurais jamais mis tant d'écrits je le crains

Je t'ouvre là mon cœur pour te rendre un hommage
Je connais ta pudeur n'en prends donc pas ombrage
Je te le dis ici en trois mots en sourire

A tire-larigot mon être le réclame
Voilà mille mercis pour celui que j'admire
Toi mon alter ego merveilleux frère d'âme

Karine
6 août 2007

 

Et puis l'aventure nous ayant plu nous avons joué à entremêler nos vers pour le plaisir d'écrire à quatre main ...

 

"TU AURAIS PU VIVRE ENCORE UN PEU..."

Que deviendra ma France et cette femme honnête
Errant toutes deux en la commune pas nette
Peignant Les Tournesols je rêve Les saisons
Un instant hors du sol je rejoins la maison

Je meurs comme un Indien chantant C'est beau la vie
Délaissant tous mes biens Le p'tit jardin ravi
Lorsque s'en vient le soir, Mon chant est un ruisseau
Et Je ne suis qu'un cri, Mon pays était beau

Je tends, je tends Au point du jour
Mes chants, mes chants vers Mes Amours

Que serons-nous sans toi, pauvres âmes poètes
Orphelins nous voilà, tes chansons plein la tête
Écrivons et rimons pour que passe le temps
A nos cœurs arrimons chaque nouveau printemps

Que la belle montagne où nous trouvons refuge
Sous nos pas t'accompagne en un lieu sans transfuge
Tu resteras ce cri longtemps à résonner
Pour qu'ancien ou petit apprenne à raisonner

J'entends, j'entends de l'insoumis
Chanter, chanter les mots amis

Je prends le Potemkine et gris est mon sillage
Excusez-moi, La liberté est en voyage
Les touristes partis je rejoins, camarade
L'adresse du bonheur, Brassens et sa camarde

Dans les petits bistrots entre Nuit et brouillard
Raconte-moi la mer, Les yeux d'Elsa blafards
Y aurait-il quelque part une Chanson pour toi
Avec pour Épilogue : Un jour futur. J'ai froid.

D'où que vienne l'accordéon
Devine où sera l'Odéon

Toute la voie lactée est ton nouveau royaume
Et ces instants volés nous laissent tes arômes
Lors nous sommes pour toi deux enfants au soleil
Riant le cœur fragile au bord de ton sommeil

Quand sous ton châtaigner nous nous ferons la malle
Un air de liberté chantera la cavale
Tu verras tu s'ras bien, aimons en déraison
Pour que ton embellie reflète l'horizon
J'entends ta leçon buissonnière
Chanter, chanter la paix sur terre.


Eric Daveux et Karine Friboulet
20 mars 2010 Au revoir à Jean Ferrat à lire aussi sur le site d'Eric DAVEUX :

www.amjele-editions.com

 

 Réponse à …


Une force nouvelle éclaire mon chemin
Me pousse et me révèle entremêlant nos mains
Je respire ton air et mon souffle t’inspire
Tu souffles sur notre ère à mon tour je l’aspire

Quelques mots quelques vers livrés là sur la page
Comme un nectar offert venant de ton cépage
Vois je me désaltère à ta source enivrante
Et puise dans ta terre une encre délivrante

J’enviais cette énergie l’esprit sans baratin
Mon cœur en élégie reconnaît par instinct
Au travers l’hidalgo l’éclat sous le buvard
Du frère alter égo aux regards si bavards

Une force nouvelle éclaire nos chemins
Nous pousse et nous révèle entremêlant nos mains
Je respire ton air et mon souffle t’inspire
Tu souffles sur notre ère à mon tour je l’aspire

Hier n’est qu’une étape à cette expédition
Prévoyant mille agapes mais nulle addition
Je prépare au gourmet quelques plats succulents
Pour entendre clamer son cœur et son talent

Hier n’est qu’un chapitre au roman légitime
Ebauché au pupitre empreint de joie ultime
Partageons l’avenir sans messe ni promesse
Les tomes à venir seront notre richesse

Notre force nouvelle éclaire nos chemins
Nous pousse et nous révèle entremêlant nos mains
Je respire ton air et mon souffle t’inspire
Tu souffles sur notre ère à mon tour je l’aspire

Nos rimes et nos vers insufflent notre empire …


Karine - Alexandrine pour Alex Sandrein
… son Alexandrin

 

Ce poème figure en première page de mon premier roman en remerciement car Eric m'a offert l'impulsion et la ténacité nécessaires pour arriver au bout de cette écriture.

   

 

 

Une autre rencontre a changé ma vie : Aline Vesco-Chiaramonti. Son âme et sa sensibilité m'ont énormément touchée au point que nous sommes devenues très proches. Et nos envies d'écrire viennent de s'épanouir par la naissance d'une très jolie nouvelle épistolaire et poétique : "Le jeune femme aux livres".

Noélie, jeune femme désenchantée, découvre un jour une liasse de lettres cachées, ou plutôt de textes épars, à mi-chemin entre journal intime et réflexion poétique, et entame, par désœuvrement, lassitude ou nostalgie, une correspondance avec l’auteur inconnu, une vieille dame, Léonie.
Au fil de l’échange –mais s’agit-il d’un échange ou de la construction d’une personnalité ?- des liens étranges se tissent, qui contribueront peut-être à « réenchanter » Noélie…
Ce roman épistolaire quelque peu original se joue des frontières et des genres littéraire, poétique et fantastique pour emmener le lecteur dans ce monde universellement intimiste du questionnement existentialiste.

 

Le manuscrit vient de partir chez une maison d'édition. Nous retenons notre souffle (pas trop tout de même car nous souhaitons connaître la décision de l'éditeur !!!) et nous croisons les doigts dans l'attente de la réponse !!!